Saint-Claude et le livre (1)

Depuis et en partie en raison de ses lointaines origines monastiques jusqu’à l’époque contemporaine, l’histoire de la ville fut étroitement liée au manuscrit et au livre.
L’époque monastique
C’est par un livre, Vie des Pères du Jura, rédigée à Saint-Claude par un moine, l’Anonyme, au cours du VIe siècle, que commence l’histoire de Saint-Claude. Il relate la fondation d’un ermitage par saint Romain, vers 435 après Jésus-Christ, dans les dernières décades de l’Empire romain.
Cet ermitage fut à l’origine d’une abbaye…
…qui marqua de son empreinte le Haut-Jura jusqu’à l’époque contemporaine. Même si la région n’était pas alors le désert que décrit l’Anonyme, le Haut-Jura, montagneux, couvert de forêts, traversé de gorges profondes, avec des hivers rudes qui l’isolaient pendant plusieurs mois, devint un refuge à la fois pour les hommes épris de méditation et pour les livres.
Selon la tradition, dès le cinquième siècle, il aurait existé à Condat (premier nom latin du confluent de la Bienne et du Tacon) une école monastique dont l’existence est réellement attestée à l’époque carolingienne.
…qui allait devenir l’une des plus puissantes d’Occident
En 817, l’abbaye, qui avait pris le nom de l’un de ses premiers abbés, saint Oyend, adopta la règle de saint Benoît : elle allait devenir l’une des plus puissantes d’Occident1 . Elle possédait alors une très riche bibliothèque dont certains manuscrits sont réputés : ainsi le magnifique et célèbre Évangéliaire de Saint Lupicin, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale2.
En 874, Charles le Chauve aurait même chargé le Grand Prieur de l’abbaye, Manon le Vénérable, de diriger l’École du palais qu’avait créé Charlemagne. Manon aurait donné son nom à plusieurs localités (le Manon, Prémanon).
À la fin du XIe siècle, un fragment de catalogue fait état de 115 manuscrits3.
1- Gérard Moyse, Condat, Saint-Oyend, Saint-Claude (Ve-XVe siècle), du tropisme méridional à l’enracinement jurassien, dans Pensée, image et communication dans l’Europe médiévale, Actes du colloque de Saint-Claude-Lons-le-Saunier, ASPRODIC, Besançon, 1993

2- Cet évangéliaire ne doit pas être confondu avec le Missel de Saint-Claude, aujourd’hui à la bibliothèque du Palais Bourbon, qui est daté de la fin du règne de Charles VIII et qui avait été fabriqué, probablement dans un atelier parisien (voir A. Renon, Bulletin des Amis du Vieux Saint-Claude, p. 2001, p. 79 sq. et illustration Missel de Saint-Claude).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s